N°1 de l'immobilier du Pays Salonais
4 Avr

Difficile de se lancer dans l’achat d’une maison à Salon-de-Provence sans être en CDI !

Vous aimeriez faire l’acquisition d’une maison à Salon-de-Provence ? Si vous n’êtes pas en CDI, cela risque d’être compliqué.

Selon une étude sur les financements de dossiers hors CDI menée par Vousfinancer, du 5 au 10 mars dernier auprès de ses 185 agences, 63 % des courtiers du réseau ont le sentiment qu’en 2021, dans le contexte actuel, les banques sont encore plus réticentes à financer des profils « hors CDI » que ces dernières années.

« Il était déjà compliqué de financer les créateurs d’entreprises ces dernières années, car, les banques demandent 3 ans de bilan, mais dans le contexte actuel d’incertitudes économiques, dans certains secteurs comme l’événementiel, le tourisme, la restauration, c’est l’ensemble des entrepreneurs, même avec un historique, qu’on ne parvient plus à financer…», explique Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

La raison ? En 2020, dans un contexte de durcissement des conditions d’octroi de crédits et de crise économique et sanitaire, les CDD et autres contrats « hors CDI » ont pâti encore davantage du contexte. La part de ceux qui sont parvenus à décrocher un crédit sans ce fameux sésame a même encore légèrement baissé chez Vousfinancer : en 2020, 87 % des emprunteurs étaient en CDI contre seulement 1,2 % en CDD (1,3 % en 2019). En 2021, les créateurs d’entreprise et intermittents ont particulièrement du mal à emprunter !

Le cas spécifique des CDI au chômage partiel
Actuellement, il est possible de financer des emprunteurs au chômage partiel, mais avec difficultés. Selon les résultats d’une enquête interne au réseau Vousfinancer, près de 60 % des agences y parviennent, sous conditions et 30 % uniquement lorsque la période de chômage partiel est terminée. « Il est possible de financer des emprunteurs au chômage partiel, au cas par cas, s’ils ont de l’ancienneté professionnelle et de l’épargne de précaution, mais cela dépend aussi du secteur d’activité dans lequel ils travaillent. Si c’est dans un secteur très touché par la crise, la banque refusera. En outre, les banques essaient de déceler s’il s’agit d’un chômage partiel temporaire ou si cela traduit une réelle difficulté financière de l’entreprise « , analyse Sandrine Allonier, directrice des études de Vousfinancer.

C.V. / MySweetProd © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée