N°1 de l'immobilier du Pays Salonais
27 Juin

Votre agence immobilière de Salon-de-Provence fait le point sur le « Denormandie ancien » !

Vous cherchez à réaliser un investissement locatif ? Connaissez-vous le « Denormandie ancien » ? Votre agence immobilière de Salon-de-Provence fait le point.

En vigueur depuis le 1er janvier 2019, ce dispositif fiscal s’ajoute à la liste ceux qui sont accessibles aux particuliers et qui leur permettent d’acheter un logement pour le louer et de bénéficier d’une réduction d’impôt. Il a été développé dans le but d’accélérer la rénovation du parc de logements anciens, en particulier dans les centres-villes où l’habitat est très dégradé.

Quelles villes sont concernées ?
Le « Denormandie ancien » concerne 244 villes qui font partie du plan « Action coeur de ville », ainsi que certaines communes ayant signé une opération de revitalisation du territoire. Il s’agit de villes moyennes de moins de 100 000 habitants situées dans des zones où le marché immobilier n’est pas tendu. D’autres communes qui mettent en place une opération de revitalisation de leur territoire sont susceptibles d’être éligibles au dispositif dans les prochains mois.

Quel est l’avantage fiscal ?
Comme le Pinel, le « Denormandie ancien » permet à un propriétaire qui achète un logement pour le louer de bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 12, 18 ou 21% du montant global de l’opération (travaux inclus) en fonction de la durée de location choisie (6, 9 ou 12 ans). Deux biens maximum peuvent être acquis par an, dans la limite de 5 500 euros/m² de surface habitable et sans dépasser 300 000 euros. Par exemple, si le prix d’achat d’un bien s’élève à 450 000 euros et que 150 000 euros de travaux sont réalisés, la déduction s’appliquera sur 300 000 euros et non 600 000 euros.

Quels travaux faut-il réaliser ?
Ils doivent représenter au moins 25% du coût total de l’opération (prix du logement et travaux). « Il peut s’agir de travaux d’amélioration ou de transformation d’un local en logement, devant être réalisé par une entreprise », précise Ludovic Huzieux, associé de cabinet Artémis Courtage. Ces rénovations doivent répondre à l’un des deux objectifs suivants : soit améliorer la performance énergétique d’au moins 30% dans un logement individuel, soit représenter deux types de travaux sur un bouquet de cinq parmi lesquels l’isolation des combles, des murs ou des fenêtres, le changement de chaudière ou de production d’eau chaude.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée