N°1 de l'immobilier du Pays Salonais
28 fév

Quel budget pour acheter une maison à Eyguières ?

AdobeStock_82268884

Beaucoup de Français rêvent de s’offrir une résidence secondaire. Mais peu saute le pas, car peu en ont les moyens… Car en plus du prix d’achat, une résidence secondaire coûte cher en entretien. Vous envisagez de vous offrir une maison à Eyguières ? Découvrez, région par région, combien coûte une résidence secondaire à l’achat.

De fortes disparités du prix de l’immobilier selon les régions
Avec un prix moyen de plus de 300 000 €, les trois régions où les résidences secondaires coûtent le plus cher sont l’Île-de-France, la Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’Aquitaine. Mais comme c’est le cas sur le marché des résidences principales, la valeur d’une résidence secondaire varie considérablement d’une région à l’autre. Sur toute la longueur de la « diagonale du vide », cette bande de territoire qui s’étend de la Meuse jusqu’aux Landes et à l’intérieur de laquelle les densités de population sont moins élevées qu’ailleurs, le prix moyen d’une résidence secondaire ne dépasse pas 160 000 €. Dans ce secteur, ils oscillent ainsi entre 111 400 € seulement dans le Limousin et 159 200 € dans le Centre. Mais il ne s’agit là que de prix moyens. Car en Haute-Vienne, le prix de vente de certaines maisons ne dépasse pas 50 000 €… Avec le Limousin, il est à noter que c’est en Auvergne (126 700 €) et en Lorraine (125 900 €) que les résidences secondaires valent le moins cher. D’autre part, il est intéressant de souligner qu’en ce qui concerne l’arc atlantique, le prix des résidences secondaires tend à baisser à mesure que l’on progresse vers le nord : de 303 300 € en Aquitaine, on passe à 257 500 € en Poitou-Charentes puis à 248 300 € dans les Pays de la Loire pour tomber à 243 800 € en Bretagne. Enfin, en dépit de leur proximité avec Paris et de leurs plages (Fécamp, Le Touquet), les prix des résidences secondaires situées en Haute-Normandie et en Picardie sont en dessous des 185 000 €.

Les prix de l’ancien les plus faibles se situent le long d’une quasi diagonale : Champagne-Ardenne, Lorraine, Bourgogne, Franche-Comté, Auvergne et Limousin… Ils épousent ainsi pratiquement la « diagonale des faibles densités », déclare Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée