N°1 de l'immobilier du Pays Salonais
25 oct

Votre agence immobilière de Salon-de-Provence fait le point sur l’opportunité d’acheter de l’immobilier !

37©-guy-copy

Est-ce le moment d’accéder à la propriété ? Votre agence immobilière de Salon-de-Provence, dans le sud de la France, tente de vous éclairer sur ce point. Si le futur ne s’annonce pas forcément radieux, il y a encore aujourd’hui de bonnes raisons de rester optimiste jusqu’à la fin de l’année. « Le pire n’est jamais assuré », souligne Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi. Le nombre de transactions de cette année montre que beaucoup de biens sont disponibles sur le marché, laissant aux accédants des marges de négociations appréciables. Si les taux sont repartis à la hausse, ils restent malgré tout historiquement bas. « Sur 20 ans, les taux n’atteignent pas les 2%, et les banques restent prêteuses», insiste-t-il.

Un contexte globalement moins favorable l’année prochaine
PTZ recentré en zones tendues dans le neuf, suppression des APL Accession, suppression de la prime d’État de 1525 € et imposition des PEL ouverts à partir du 1er janvier 2018 : les aides destinées aux futurs acheteurs se réduisent comme peau de chagrin… « Les dispositifs Pinel et PTZ ne seront modifiés qu’au 1er janvier 2018 : il y a encore plusieurs opportunités d’investissements et les primo-accédants ont jusqu’à la fin novembre pour déposer leur dossier et profiter à plein du PTZ avant la fin de l’année », renchérit Philippe Taboret.

Un avenir plus sombre
Dans cette situation de tension générale sur le marché du crédit, entraînant la hausse des taux, le recentrage du PTZ va encore réduire la capacité des primo-accédants à acquérir un bien. Dans le neuf, cette mesure va mettre un coup de frein au marché de la maison individuelle, car les primo-accédants ne pourront plus acheter un terrain et faire construire leur maison s’ils ne bénéficient plus de cette aide pour boucler leur budget.

Ce recentrage va également toucher l’immobilier ancien
Le PTZ permet aux primo-accédants d’acheter des biens dégradés à réhabiliter, dans des zones où ils n’auraient pas la possibilité d’acheter. « Si 2017 est déjà une année exceptionnelle, aujourd’hui, tout laisse penser que 2018 le sera nettement moins », conclut Philippe Taboret. En un mot il semblerait que cette fin 2017 soit le moment idéal pour acheter.

O.D. / Bazikpress © guy

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée